Coronavirus : La situation en France

MIS A JOUR LE VENDREDI 14/08/2020 à 11h30 :
Le gouvernement en date du 16 mars 2020 a décidé de placer la population Française en situation de confinement.
Les sorties du domicile sont interdites à l'exception des déplacements sur le lieu de travail si celui-ci relève d'une activité vitale pour le fonctionnement de la nation pendant la pandémie.
Sont uniquement possibles, sur présentation d'une attestation de déplacement préalablement remplie, les sorties qui tombent sous un des motifs suivants :
- déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle, lorsqu’ils sont indispensables à l’exercice d’activités ne pouvant être organisées sous forme de télétravail (sur justificatif permanent) ou déplacements professionnels ne pouvant être différés ;
- déplacements pour effectuer des achats de première nécessité dans des établissements autorisés (liste sur gouvernement.fr);
- déplacements pour motif de santé;
- déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants ;
- déplacements brefs, à proximité du domicile, liés à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective, et aux besoins des animaux de compagnie.
Le Président de la République, Emmanuel Macron, dans son allocution du 13 Avril à 20h a annoncé une sortie progressive du confinement à partir du 11 Mai 2020.

Le ministre des Solidarités et de la Santé, tient un point presse quotidien pour vous informer sur l’évolution de la situation en France.
Pour chaque département, un hôpital de référence a été désigné. Les opérations non-urgentes sont repoussées jusqu'à nouvel ordre.
La France compte 209 365 cas de Coronavirus COVID-19 confirmés.
30 388 personnes sont décédées depuis le début de l'épidémie dont 7% étaient âgées de moins de 55 ans.
*Sources : Santé Publique France, Gouvernement.fr, Solidarité-Santé.gouv, Société Française des Médecins d'Urgence

Questions Coronarivus

Origine du coronavirus

Le Coronavirus est une mutation du virus de la famille du SRAS CoV-2 pour Syndrome de Respiration Aigu Sévère.
Initialement apparue en Chine à Wuhan, ville de 9 millions d’habitants dans la province de Hubei au début du mois de décembre 2019, la maladie se propage. Au 23 janvier 2020, l’OMS confirme sa transmission inter-humaine. Là où certaines maladies se transmettent de l’animal à l’humain sans jamais pouvoir ensuite être transmise d’un humain à l’autre, le COVID-19, globalement appelé Coronavirus, se transmet bien d’un humain à l’autre par des voies que nous couvrirons dans la section “contamination”. En quelques semaines, le virus se propage jusqu’à atteindre le stade de pandémie.
Il est important de contextualiser et de décrire précisément ce qu’est une pandémie afin de ne pas créer d’effet de panique qui n’auraient pas forcément lieu d’être et seraient contre-productifs pour la bonne prise en charge des personnes.

Pandémie ? Mortalité du Coronavirus ?

En effet, le terme de pandémie désigne "une propagation rapide d’une maladie sur une zone géographique qui dépasse les nations".
En d’autres termes, la grippe, dites “saisonnière” ou encore appelée “influenza”, est une pandémie : une part significative de la population contracte ce virus chaque année, à l’échelle mondiale et entraîne des décès chez les populations les plus fragiles, notamment les personnes âgées ; au même titre que le Coronavirus. Mais alors quelle est la différence et pourquoi le COVID-19 nous est-il présenté comme plus dangereux que la grippe ?

Un vaccin pour le Coronavirus ?

La réponse est simple : chaque année, en France, les personnes jugées “à risque” face au virus de la grippe sont vaccinées de manière préventive afin de développer des anticorps résistants au virus et ainsi le combattre en cas de contamination.
Ce n’est pas le cas du COVID-19 : Le virus n’ayant été identifié réellement que depuis le début 2020, aucun vaccin n’a encore été produit à l’heure où ces lignes sont écrites (août 2020).
Il est donc crucial de prévoir des dispositifs permettant d’endiguer la propagation du virus car si en France la grippe tue “seulement” plusieurs milliers de personnes chaque année avec un taux de mortalité de l’ordre de 0,3% (3 patients décédés pour 1000 patients malades), c’est bien grâce aux vaccins qui sont mis à la disposition du public et qui empêchent les personnes les plus à risques de contracter la grippe. Ce dispositif préventif qui est la base de la vaccination n’est pas encore disponible pour le COVID-19 mais des laboratoires y travaillent sans relâche.

La création d’un vaccin nécessite en effet un protocole :
- Il faut évidemment trouver la bonne formule à injecter aux sujets. Ces vaccins sont ensuite testés sur des animaux puis sur des humains. Pour chaque test on injecte le vaccin au sujet puis, un prélèvement sanguin est effectué pour constater si son corps produit des anticorps.
- Le sujet est ensuite directement infecté par le virus pour voir s’il y résiste.
- Si les essais sont concluants, il faut ensuite produire et livrer en masse le vaccin pour le mettre à la disposition de la population.

Ce procédé prend dans le meilleur des cas 6 mois, il peut être bien plus long pour certains virus.
A l’heure actuelle, les estimations placent la distribution d’un vaccin pour le coronavirus dans une fenêtre de 12 à 18 mois, soit l’été 2021 pour le scénario le plus pessimiste.

Quels sont les symptômes du Coronavirus ?

Les symptômes du COVID-19 sont ceux d’une grippe saisonnière : maux de tête, fièvre, fatigue, toux et maux de gorge et la gêne respiratoire. C’est ce dernier point qui s’avère fatal. En se défendant contre le virus, le système immunitaire devient hyper-actif et entraîne la destruction de l’appareil pulmonaire par un processus inflammatoire ; les poumons deviennent obstrués et entraînent une pneumonie grave.

Y a-t-il un remède au Coronavirus ?

S'il n’existe pas de vaccin pour prévenir l’infection du COVID-19 nous ne sommes cependant pas démunis face à la propagation du coronavirus. En effet, les symptômes, et notamment ceux qui touchent le système respiratoire, peuvent être combattus à l'aide des médicaments suivants : 
Des antiviraux : l'oseltamivir (aussi appelé Tamiflu) et le ritonavir (également prescrit pour lutter contre le VIH) sont des solutions qui fonctionnent sur une majorité de patients si elles sont administrées à temps. Les hôpitaux utilisent également le Moxifloxacine et le ceftriaxone qui sont des antibiotiques.
Enfin, une assistance respiratoire est utilisée pour les patients qui n'arrivent plus à bien respirer par eux mêmes.
La combinaison de ces éléments permet actuellement de traiter les symptômes du coronavirus bien qu’un vaccin ne soit pas commercialisé.
Vous l’aurez noté, il est important d’être traité à temps et de respecter le protocole et donc de suivre la procédure mise en place par le gouvernement.

Se protéger contre le Coronavirus, les idées reçues :

Vous l’avez sûrement vu, les stocks de masques ont fondu comme neige au soleil et il n’est plus possible de se procurer du gel hydroalcoolique depuis plusieurs jours.
Faisons cependant un point sur plusieurs éléments.

Les masques respiratoires contre le Coronavirus :

Tous les masques ne vous protègent pas contre le coronavirus. Pour celles et ceux parmi vous qui résidez en grandes agglomérations, vous aurez bien entendu remarqué l’apparition de masques chirurgicaux et d’écharpes stratégiquement placées devant la bouche afin de se protéger d’une éventuelle contamination dans les transports en commun.
Inutile de vous dire que ces méthodes sont pour la plupart inefficaces pour se prémunir d’une contamination au COVID-19.

Les masques chirurgicaux :

Ils permettent de protéger les autres ! Habituellement, ils sont portés par les chirurgiens pour une raison simple : ne pas contaminer le patient qu’ils sont en train d’opérer. Si vous portez ce masque, c’est uniquement si vous êtes vous-même malade et que vous souhaitez protéger votre entourage et les personnes qui prennent les transports en commun avec vous.
Vous l’aurez compris, si un masque chirurgical est inefficace, il en va de même de votre écharpe malgré le temps et la minutie appliquée à la rendre la plus protectrice possible.
Les seuls masques qui vous protégeront d’un postillon ou d’un éternuement de la part d’une personne contaminée seront les masques de type FFP2 et FFP3 mais notez qu’ils ont une durée de vie limitée et qu’ils sont en rupture de stock. Cela signifie qu’en tentant d’en commander en ligne, vous réaliserez que les délais de livraison risquent de ne pas être respectés ou que vous ferez face à des tarifs exorbitants, les revendeurs ayant compris qu’ils pouvaient vendre à prix d’or ces masques en bénéficiant de la panique générale.

Par ailleurs, dans le cas où les masques FFP2 sont difficilement accessibles au grand public, les masques chirurgicaux restent une bonne alternative.

Le liquide hydroalcoolique :

Les liquides hydroalcooliques font l’objet de la même pénurie que les masques parce que certaines personnes, sûrement paniquées, ont décidé d’acheter des stocks entiers de ces produits. Ces solutions hydroalcooliques sont un vrai bonus si vous n'avez pas de point d'eau à proximité pour vous laver les mains.

Comment vraiment se protéger contre le Coronavirus :

Il n’y a pas de solution magique : l’hygiène et rien d’autre.
Lavez-vous fréquemment les mains avec du savon, faites-le méticuleusement et frottez bien entre vos doigts, nettoyez le revers, les paumes de vos mains, vos pouces etc. Si vous utilisez les transports en commun ou des matériaux qui sont utilisés par d’autres (rambardes d’escaliers, boutons d’ascenseurs, poignée de porte...) ne vous touchez pas le visage, évitez le contact avec les yeux, le nez et la bouche, c’est le principal vecteur par lequel vous risquez d’attraper le virus.
Même si ces gestes font partie du quotidien et sont signes de politesse, évitez de faire la bise ou de serrer la main aux personnes que vous croisez.

Le dépistage du coronavirus :

Est-ce que j’ai le coronavirus ? C’est une question que beaucoup de Français se posent à l’apparition du moindre signe d’une maladie même si les symptômes ne correspondent pas à ceux du coronavirus.
A l’heure actuelle, alors que nous sommes dans le stade 2 de l’épidémie, la consigne est très simple : Ne vous rendez surtout pas aux urgences ou chez votre médecin ! Vous risqueriez, si vous êtes porteur du coronavirus, de contaminer de nombreuses personnes, dont le personnel de l’hôpital pour lequel l’état de santé est un point crucial pour traiter efficacement l’épidémie à l’échelle nationale.
Alors comment faire ?
Vous devez contacter le 15, numéro dédié au SAMU, si vous avez des difficultés à parler ou entendre, contactez le 114.
Ils vous poseront des questions pour savoir si vous avez bien les bons symptômes et faire un point sur votre état de santé. Si votre état de santé est jugé comme grave ou assez grave, le SAMU viendra vous chercher à votre domicile pour vous conduire au CHU (Centre Hospitalier Universitaire) le plus proche afin que vous y soyez traité.

Coronavirus en France :

La propagation du COVID-19 en France commence au 24 janvier 2020 lorsque 3 patients d’origine chinoise ayant séjourné à Wuhan, foyer du virus, sont détectés. Ces ressortissants chinois sont hospitalisés à Paris et Bordeaux. Le premier mort du virus sur le territoire Français est un touriste chinois de 80 ans arrivé sur le territoire le 23 janvier. Il est décédé le 15 février à l’hôpital Bichat.
Des français qui étaient en Chine sont rapatriés et subissent des mesures de confinement dites de quarantaine.
Les premiers foyers de propagation sont le Grand Est et l’Oise.
La France ouvre le stade 1 le 25 février, le stade 1 signifie que le virus n’est pas en circulation dans la population. Le stade 2 est déclaré au 28 février, à ce stade on admet que le virus circule et l’objectif est de freiner sa propagation.
Le stade 3 n’a pas encore été déclaré, son objectif est d’atténuer les effets de l’épidémie, de traiter les cas graves et de protéger les personnes les plus sensibles.

Coronavirus : Ne pas céder à la panique

“Coronavirus AliExpress”, “Coronavirus Wish” :

De nombreux internautes commandent en ligne sur des sites comme Wish ou AliExpress qui expédient depuis la Chine, point de départ du virus. Vous ne risquez pas de contracter le coronavirus en ouvrant vos colis en provenance de la Chine. En effet, sur de la contamination dite “de surface”, le virus ne survit pas plus de 3 heures à l’air libre. Et si vous avez déjà commandé sur un de ces sites, vous savez déjà que les délais de livraison sont bien plus longs pour recevoir votre commande. Dans tous les cas, ces sociétés doivent indiquer des mesures de protection à prendre si besoin.

“Coronavirus chat” :

La rumeur a commencé à circuler en Chine, lors des mises en quarantaines des grandes villes comme Wuhan : sur les réseaux sociaux, via WeChat notamment, les citoyens Chinois colportaient l’idée que les animaux de compagnie (chats et chiens) étaient porteurs du virus et pouvaient le transmettre aux humains. Ces informations ont cependant eu des conséquences réelles puisque des vidéos montrant des personnes défenestrant leurs animaux de compagnie ont commencé à faire surface sur les réseaux sociaux. A ce jour, aucune information n'a été validée sur le fait que les animaux de compagnie puissent être contaminés.

libheros reconnue comme solution innovante

Dans la lutte contre le Covid-19, de nombreux acteurs santé ont proposé leur solution pour accompagner les établissements sanitaires et médico-sociaux ainsi que les professionnels de santé (médecins généralistes, professionnels libéraux, etc).

L'expertise de libheros est reconnue par plusieurs plateformes institutionnelles/publiques :

Retour haut de page