Nos articles

Covid-19

Impact du Covid-19 sur le quotidien des infirmiers à domicile

Article publié le 20-05-2020

Après 55 jours confinés, la société française retrouve petit à petit son activité. Si une partie de l’économie est encore à l’arrêt (restaurants, bar, cafés, centres commerciaux, etc.), les français peuvent à nouveau circuler librement depuis le 11 mai 2020. Si la crise sanitaire du Covid-19 a eu un impact important sur le quotidien des patients, celui des infirmiers libéraux l’a également été.

Ces professionnels de santé ont dû apprendre à réorganiser leur activité au gré des annonces du Gouvernement.

Au cours du mois d’avril, nous avons interrogé notre réseau national d’infirmiers libéraux pour avoir leur ressenti sur cette crise et les changements qu’elle a occasionnés dans leur activité au quotidien, en particulier sur la prise en charge des patients atteints de maladies chroniques. Voici un état des lieux à travers notre infographie.

Les pathologies chroniques les plus touchées pendant la crise

Cette crise a mis en lumière l’importance de la prise en charge des patients atteints par des maladies chroniques et donc plus fragilisés que le reste de la population. Les professionnels de santé interrogés nous ont indiqué que le diabète, l’insuffisance cardiaque, le cancer, ou encore l’insuffisance respiratoire étaient les pathologies les plus impactées au cours de cette crise.

Une inquiétude certaine chez les personnes âgées

Les patients atteints de maladies chroniques ont très peur d’être contaminés, avec un grand risque d’être hospitalisé, d’aller en réanimation ou même de mourir. Et parmi les personnes les plus inquiètes, les IDELs estiment que ce sont les personnes âgées à 77%, du fait du double risque qu’elles encourent : maladie chronique + âge avancé.


Les IDELs rencontrent des difficultés face à cette crise

C’est un des sujets les plus commentés depuis le début de la crise sanitaire : le manque de protection pour les professionnels de santé. Les infirmiers libéraux interrogés nous ont confirmé être en rupture de matériel de protection : blouses, masques, gants, lunettes de protection, etc.

Au moment de notre sondage, ils étaient 59% à indiquer manquer de matériel, leur principale peur étant de contaminer leurs patients atteints de pathologies chroniques. Dans certaines villes, les équipes d’infirmiers se sont organisées en conséquence, en dédiant des tournées exclusives pour les patients atteints ou suspectés COVID.


A Houilles par exemple, une infirmière membre de la communauté libheros PRO a mis en place une COVID room en quelques jours seulement, avec l’appui des élus locaux.

Autre difficulté rencontrée, celle du manque de coordination avec les médecins. La situation sanitaire s’aggravant, de nombreux rendez-vous médicaux ont ainsi été déplacés ce qui a eu pour conséquence directe de laisser les IDELs gérer les situations complexes par eux-mêmes.


Un changement dans l’exercice quotidien à domicile

Contraints de devoir réorganiser leurs tournées, les professionnels libéraux ont modifié leurs modes de prises en charge à domicile de leur patientèle. Si 77% des répondants indiquaient prendre en charge leurs patients chroniques comme d’habitude, 20% de ces professionnels interrogés ont indiqué avoir diminué la fréquence de leurs déplacements au domicile.

Les IDELs – à 86% - se sont également concertés avec les pharmaciens afin de pouvoir récupérer les traitements de leurs patients. Une véritable solidarité s’est ainsi installée entre ces professionnels. Les ordonnances, photos de cartes vitales et mutuelles étaient envoyées par messagerie sécurisée. Les IDEL venaient ensuite chercher les traitements ou ce sont les pharmaciens qui s’occupaient de les envoyer directement au domicile du patient.

Fait important, si les français ont été nombreux à utiliser la téléconsultation comme possibilité d’accès à une consultation médicale – près d’un demi million de téléconsultation ont été réalisées entre le 23 et le 29 mars – les IDELs ont dû également utiliser ces outils.

En effet, les médecins ne se déplaçant plus au domicile de patient et les consultations médicales ou hospitalières étant reportées ou annulées, 21% des IDELs interrogés, qui exercent dans des déserts médicaux ou au domicile de patients âgés, ont effectué des aides à la téléconsultation. Pour la majorité, ces téléconsultations étaient effectuées avec le médecin traitant.

Le télésuivi, nouvelle forme de prise en charge infirmière ?

La crise sanitaire du Covid-19 a également impacté les modes de prises en charge et les types de soins effectués par les IDELs. Pour permettre aux professionnels de santé de ville d’assurer dans les meilleures conditions possibles la prise en charge des patients, les pouvoirs publics ont mis en place des mesures dérogatoires aux règles habituelles, dont le télésuivi infirmier pour les patients COVID-19.

De l’avis des IDELs de notre réseau, le télésuivi infirmier n’a pas été sollicité uniquement pour les patients COVID-19, mais a aussi permis d’effectuer les prises en charge suivantes :

  • Suivi de la prise des médicaments
  • Suivi des constantes, évaluation de la douleur et de l’état psychique
  • Education thérapeutique de patient

L’usage est exclusivement mobile, le plus souvent via une application dédiée au télésuivi (64% des répondants).


Cette nouvelle pratique a créé un précédent et sera certainement élargie aux patients atteints de maladies chroniques, ou au patients atteints d’affections psychologiques. Pour en savoir plus sur le télésuvi infirmier, consultez notre article.

Retrouvez notre infographie complète depuis ce lien.

Retour haut de page